copie honneur sophie min .png

à qui avez vous à faire ? 

En quelques mots

Je m'appelle donc Sophie, j'ai 34 ans, maman en devenir. 

Depuis enfant, je suis intéressée par l'être humain, ses histoires, ses difficultés, ses moments d'audace... 

Depuis 2017, à travers différents outils, je suis au service de la petite voix en moi qui me dit qu'elle a le don d'aider et d'accompagner des êtres qui cherchent encore la leur, qui font face à des difficultés relationnelles, professionnelles, personnelles... 

Pour les / vous aider je crée alors des espaces où chacun peut Être ce qu'il est librement : des ateliers, des accompagnements individuels, stages et retraites. 

Dans les faits ... 

Je suis née dans le Sud Est de la France, à Toulon.

Mes parents Jean-Louis et Chantal n'avaient pas vraiment les mêmes aspirations quant à leur relation. Du coup je n'ai jamais connu mes parents ensemble... Enfin pas comme un couple traditionnel ! 

De part le cheminement personnel de Catherine ma belle-mère, j'ai accès à la théologie, la philosophie taoïstes, les médecines et thérapies dites "alternatives"et donc de nouvelles manières de voir le monde. 

C'est aussi pour cela qu'en 2010, j'ai suivi mon coeur et je suis partie vivre en Amérique latine, à plus de 15 000 kms du territoire français, afin de voir ce que d'autres vivaient et pensaient. 

J'ai vécu au Honduras (oui tu iras chercher hein), au Pérou, Panama... puis principalement au Guatemala où j'ai co-créé un centre d'innovation sociale. En bref, j'aidais des gens à réaliser leurs rêves de création d'entreprises au service de la Planète et des autres.

 

Mon petit personnage de Sauveur était bien content là-bas ! (si tu comprends pas ce que je veux dire, vas voir l'onglet "la démarche" ou mes vidéos)

Mais les autres petits personnages (notamment celui qui a confiance, foi et se fout la paix) n'étaient pas vraiment exploités. 

Un beau jour j'ai senti que l'entrepreneuriat ne me satisfaisait plus, que d'autres manières de CRÉER étaient possibles et qu'il fallait que j'aille les explorer. 

Je suis donc partie en Inde pour approfondir la voie du Yoga, de la méditation, du Reiki, de la médecine chinoise, et bien d'autres encore... 

En 2017, alors que j'étudiais dans un Ashram en Allemagne auprès d'un Maître Sri Swami Vishwananda qui est toujours une source d'inspiration extraordinaire pour moi, j'apprends que mon père est malade.

Je décide alors de suivre mon coeur et de rentrer en France pour l'accompagner dans son cheminement vers la mort... 

Je n'avais pas réalisé à quel point ce cheminement était aussi le mien, la mort d'idées qui m'empêchaient de me réaliser. 

_"Après la théorie vient la pratique" m'ont dit certains... 

Ce fut tellement vrai ! 

J'ai du revoir mes bases : mes croyances sur ce qu'est la VIE et en miroir, ce qu'est la mort aussi. 

C'était comme si la vie me demandait : "Alors que décides tu de croire?" "Crois tu que nous sommes seulement mortels?"

J'ai alors expérimenté : la peur de voir mon père mourir, la difficulté de le voir souffrir, la volonté de bien-faire en l'accompagnant, le heurt avec ses propres peurs et son besoin de contrôler, s'accrocher à ce qui le rassurait, son patrimoine notamment. 

Je vivais la gentille petite fille au service de son papa mais aussi la femme illusoirement "forte" pour pouvoir le soutenir. 

Sauf que la force pour moi c'était encore celle de la guerrière qui souffre en silence et qui combat la vie, pour laquelle la vie est dure et sauvage, celle pour laquelle la vie n'est absolument pas un terrain de jeu mais un champs de bataille. 

Après cette expérience j'ai compris, et je continue de comprendre que la véritable force n'est pas de prétendre l'être mais réside dans la confiance que l'on a dans la vie, le Divin, Dieu, la Conscience, l'Énergie, l'Univers, etc... 

Cette force est pour moi désormais celle de baisser les armes car la seule manière de gagner c'est de JOUER. 

Sauf que Ça, bien que ce soit inné, ben on a tendance à l'oublier. On a tendance à mettre des peurs, des résistances sur ce que nous sommes réellement. 

L'expérience avec mon père fut une merveilleuse manière de me rappeler que je suis mortelle ou du moins que cette expérience en tant qu'être humain / Ego est délimitée, que le cycle de la vie inclut la mort; que la vie est SI PRÉCIEUSE et qu'elle vaut la peine d'être vécue avec CONSCIENCE. 

Je me demande désormais : Si je mourrais dans 1 semaine, comment je vivrais ces derniers instants?! 

C'est un merveilleux rappel de la force de vie, la force créatrice qui réside en chacun de nous.

Si tu imagines que tu vas mourrir dans 1 semaine, alors même si ton quotidien ne change pas drastiquement, la manière dont tu le vis, elle, change du tout au tout. Cela pousse à plus de PRÉSENCE et donc d'intensité et d'AMOUR. 

 

Je réalise désormais peu à peu que cette expérience était là pour me réveiller, me sortir de la brume de mon mental et me faire voir la BEAUTÉ de la vie. 

Elle m'a aussi appris à contacter un espace depuis lequel la Conscience goûte au personnage Sophie Anastassiades (si tu comprends pas - vas voir : Mes vidéos ou La Démarche). 

Cet espace, c'est celui de LA CONSCIENCE, du DIVIN qui ne sont en aucun cas LIMITÉ et par lequel alors TOUT peut être TRANSCENDÉ (il n'y a plus de Peurs, plus de limites). 

Et c'est ce qu'il m'est donné de partager avec Vous aujourd'hui. 

Formations
  • 2020 - Coach Praticien UNISUN

  • 2019 - Atma Kriya Yoga Teacher 

  • 2017 - Reiki Master 

  • 2014 - Master Degree at Kedge Business School.