top of page

Projet de naissance vs changement de programme

Dernière mise à jour : 2 janv.

Je crois sincèrement (et si vous avez lu ce blog ou ce site vous l'aurez compris) que nous sommes tous créateurs et avons tous la capacité de manifester ce que nous sentons juste sur cette Terre.

Or parfois dans cette idée de manifestation, il y a 2 projets distincts qui ne sont pas toujours facile à voir : le projet de l'Être ou l'âme et celui du (des) personnag(es) qui peut parfois obstruer voire même être confondu avec celui de l'Être.


Un peu de concret ?!

Dans l'expérience de la préparation à la naissance et de la grossesse, les préparateurs nous demandent souvent un projet de naissance c'est à dire de décrire ce que nous voulons et ne voulons pas vivre lors de l'accouchement.

Il peut s'agir d'interventions médicales (monitoring, toucher vaginal, hormones ou prescriptions médicamenteuses) comme d'ambiances, de positions (je peux dire vouloir un accouchement physiologique en maternité sans trop d'intervention)...


Parfois notre projet est si précis que lorsque d'autres idées viennent taper à la porte, il y a comme une rigidité qui s'exprime, un NON radical "ya pas moyen".

Pour moi cette rigidité est un signal d'alarme et je me pose la question : depuis quel espace je réagis ? et donc depuis quel espace ai-je monté ce projet ? suis-je capable de m'adapter si ce que j'ai dans la tête venait à être différent ?

"Si tu veux faire rire Dieu, fais lui part de tes plans"

Car comme tout projet, si je ne laisse pas la place à l'imprévu, à l'adaptation alors je crée une rigidité, et c'est là l'inverse d'un mouvement de vie, de confiance et de foi... et surtout d'AMOUR !

Cela veut dire donc que le projet a été créé depuis un espace qui n'a pas forcément confiance et foi, qui a même peut-être peur et souhaite contrôler.

Le risque étant ici que cela attire d'avantage tout ce que nous ne voulons pas, pour justement lâcher le contrôle et s'abandonner au mouvement de vie.


Mon expérience personnelle:

Je suis enceinte depuis avril 2022, mon souhait / mon idéal est d'accoucher à la maison de manière physiologique, dans une baignoire, sans trop d'intervention médicale. Pas de toucher vaginal, pas de monitoring, de l'aide d'une Doula, de mon conjoint et d'une sage femme pour m'aider à traverser. Je veux vivre un accouchement au plus près des sensations et de bébé. Je veux vivre ce vortex dont de nombreuses mamans parlent et que le "dogme de la physiologie"clame.


Or dans mon dernier mois de grossesse, bébé est toujours en siège et à travers les différentes échos + un scanner du bassin, il s'avère qu'il y a un risque que sa tête ne passe pas par voie basse en siège.

La césarienne m'est donc annoncée comme la meilleure option s'il venait à naître en siège.

Or cette nouvelle de césarienne est venue bousculée mon projet de naissance physiologique: Ça a été comme une bombe !! L'inverse de ce que je souhaitais était à envisager : un accouchement médicalisé avec chirurgie, masques etc...

La gynécologue me propose donc de programmer une césarienne 2 semaines avant le terme (12 janvier 2023) - en me présentant tous les risques que cela comporterait si nous ne le faisions pas, ce que nous avons refusé car cela nous semblait contre nature... (voir post sur le refus de la césarienne programmée - ça aussi c'est une autre histoire!)


Après ces nouvelles j'ai continué à m'accrocher à ma volonté qu'il se retourne, c'était devenu une vraie mission : ostéo / acuponcture / Haptonomie / moxibution / parler à bébé / bonhommes allumettes. Tout cela jusqu'à ce que je me rende compte de la pression que je nous mettais !!!

Ahhhh l'importance ...


Du coup j'ai fini par lâcher : lâcher l'importance de ce projet de naissance, lâcher la rigidité avec laquelle je m'y accrochais, lâcher mes préjugés sur le fait d'accoucher en milieu médical, lâcher mes peurs de la chirurgie, la méfiance que j'ai envers les intentions du corps médical, la peur pour bébé et pour sa santé...

Et j'ai commencé à faire confiance.


Et cela m'a rappelé que tout est chemin. Et que ce qui est vraiment "important", ce vers quoi je tends : la foi que tout est juste. S'ouvrir au champs de tous les possibles sans juger un possible mieux qu'un autre.

L'ouverture, la foi, la confiance = l'AMOUR quoi

Mon compagnon et moi sommes donc dans l'attente et dans l'accueil de ce qui est et se présentera au moment voulu, en pleine résilience...

Car beaucoup de scénarios sont encore envisagés... puisqu'un bébé qui se retourne au dernier moment est possible ! héhé

Elle est pas mal celle là aussi hein ;)))


Bref vive le pays du "no control" !!!


To be continued...

Et toi c'est quoi ton histoire ??


Sophie Anastassiades

Coach holistique et future maman

Lien vers mon site ici



10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page